Barcelonnette et les pigeons


On ne connait pas grand-chose de l’évolution de ces oiseaux dans notre ville, mais leurs nuisances sont de moins en moins supportables pour les riverains dont les plaintes se sont multipliées en 2009.
(fientes sur les fenêtres, sur les passants, sur les voitures en stationnement sur les devantures des commerces)

Il faut savoir que le nombre de pigeons ne peut croître à l'infini :
passé un certain seuil, qui dépend de l'abondance de la nourriture et de la capacité des lieux de nidification, leur nombre n'augmente plus.
La municipalité travaille de façon rapprochée sur ce problème avec l’association AUDACCE.

Affiche Barcelonnette et les pigeons
Image cliquable

Que faire pour réduire leurs effectifs ?

Les techniques de stérilisation (graines), de capture, d’effarouchement ou de déplacement des oiseaux hors de la ville (pigeonniers) ont été étudiées : leurs résultats sont très incertains et leurs coûts très élevés. La population se reconstitue très rapidement si nourrissage et les sites de nidification reste identiques (un couple = 5 à 6 pontes de 2 oeufs/an).
Il faut donc agir sur ces deux facteurs.

Ne nourrissez pas les pigeons !

En été les pigeons se nourrissent hors de la ville, dans les champs; mais ils ne dédaignent pas le pain ou le grain qui leur sont offert.
L’hiver est en Ubaye un facteur limitant : leur seule nourriture est constituée par le nourrissage artificiel.
Sans lui, les effectifs de pigeons seraient régulés le printemps venu.
Cesser le nourrissage est le principal levier pour équilibrer naturellement leur nombre. Le nourrissage accroît la concentration des oiseaux et provoque leur affaiblissement, le parasitisme, et les maladies qui déciment les oiseaux.
En nourrissant les pigeons, on ne les aide pas, on augmente leurs souffrances à terme. Ne pas nourrir les pigeons, c’est les protéger.

Veillez à la fermeture des greniers et des soupentes des toitures !

Pour faire leur nid, les pigeons se contentent d’une simple plateforme, abritée et hors de portée des prédateurs. C’est sur les hauts des murs en sous-toiture, dans les combles ou greniers ouverts qu’ils se reproduisent et passent leur journée, à proximité des sources de nourriture.
L’obturation des anciennes portes de grange, vasistas et tous les accès aux greniers inoccupés les rendra inaccessibles et les pigeons trouveront moins de sites pour nicher.
Leurs effectifs diminuant, ils se répartiront mieux sur l’ensemble de l’agglomération et réduiront leurs nuisances.

L’église de Barcelonnette concentre une importante population de pigeons, des émetteurs d’ultrasons ont été installés sur sa façade, sans résultats probants. Les combles de l’église ont été condamnés ; des systèmes de piques seront posés pour neutraliser les perchoirs, le sous le toit, et sur les reliefs extérieurs, comme cela existe déjà sur la tour Cardinalis.

Si vous êtes concernés par ce problème, contactez la commission Environnement-Energie de la mairie par courrier ou mail. Des riverains souhaitent s’organiser pour trouver avec nous des solutions acceptables pour les oiseaux et efficaces : n’hésitez pas à vous manifester, nous vous mettrons en relation.


Haut de page