Création d'un Quartier Durable


Présentation du quartier Craplet lors du Forum AGIR de novembre 2011
au Conseil Régional PACA

La commune de Barcelonnette est très fière d’avoir été choisie par le Conseil Régional pour le forum annuel d’AGIR +, et de vous présenter de quelle manière s’est opérée la transformation d’un quartier militaire en un pôle d’activité et de vie avec une grande exigence environnementale.

Barcelonnette est une petite commune de 2900 habitants, mais aussi et surtout, la capitale de la Vallée de l’Ubaye, population de 7.500 personnes qui peut atteindre 70.000 personnes en saison touristique.
Au sein de cette vallée superbement préservée, où l’on bénéficie d’une qualité de vie remarquable, la cité de Barcelonnette possède tous les équipements d’une "grande" (médiathèque, musée, théâtre, salle omnisports, cinéma…) et fait preuve d’un dynamisme certain :
plus de 100 associations sur son territoire, des festivals de renom et plein de petits commerces.


Présentation du quartier Craplet lors du Forum AGIR de novembre 2011
Image cliquable

Elections de 2008

En mars 2008 a eu lieu le renouvellement quasi total de l’équipe municipale qui s’est fait en particulier sur des engagements environnementaux. Ainsi, sous l’égide de notre maire, Jean-Pierre Aubert, une commission environnement/énergies a été créée dans la foulée.
Avec l’appui de la COFOR, du Pays SUD, de cabinets spécialisés des études ont été lancées :
projet d’un réseau chaleur bois pour le centre ville, d’un diagnostic énergétique des bâtiments communaux, d’une pico centrale, réflexion sur la mobilité douce, prise en compte du paysage dans la gestion de la forêt communale… des thèmes qui nous ont paru moteur pour notre mandat.
Naturellement nous avons candidaté au programme Agir de la Région puisqu’il « collait » totalement à nos actions en cours et nous sommes devenus Commune en Marche 2009/2010 et commune lauréate 2011/2014.

Haut de page


Départ de l'armée et quartier Craplet

Et puis, juste 1 an après notre élection, le choc… le départ de l’armée, certes annoncé mais auquel personne n’osait jamais croire. En Août 2009, c’était fait… 300 personnes, soit 10% de la population, avaient quitté Barcelonnette :
choc humain et économique car toutes ces familles appartenaient aux forces vives de la ville, les conjoints travaillaient pour une bonne part, les enfants allaient à l’école et participaient à l’activité générale de la cité.

Barcelonnette a hérité d’un bien lourd cadeau-fardeau pour l’€ symbolique : Craplet, le quartier militaire, c’était une friche de 7ha très bétonnée, clôturée, et 25 000 m2 de surfaces bâties…
L’armée ne faisait ni dans le petit ni, paradoxalement, dans le vert…
Craplet c’est 23 bâtiments, de qualité constructive très variée, qui représentent autant que les bâtiments communaux existants…
Barcelonnette a hérité d’une charge d’entretien multipliée par 2, élément non négligeable pour le budget communal et au vu de la conjoncture économique actuelle.

Atouts - Faiblesses

Si Craplet n’était pas tout vert, il n’était totalement tout noir non plus ! Craplet c’est aussi :

  • 7 ha construits en zone blanche = hors tout risque naturel recensé. Btte possède très peu de lieux constructibles à ce jour capables d’offrir une telle sécurité.
  • Craplet possédait un réseau de chauffage hydraulique, au gaz.
  • La diversité des bâtiments permettait d’envisager plusieurs types de projets différents ou complémentaires.
  • La situation des casernes était intéressante : à moins de 500m du centre historique, sur la route de Saint-Pons, village dortoir de Barcelonnette. Et au cœur d’un quartier bien vivant : des HLM, un centre sportif, la gendarmerie, les ST et de multiples villas et terrains encore libres et constructibles.

« Il n’y avait plus qu’à » … relever ce défi de la transformation du quartier Craplet
Nous basant sur ses atouts et nos convictions dans l’avenir et le caractère durable qui accompagne l’ensemble de nos réflexions, plusieurs thèmes se sont imposés : environnement et énergies / éducation, savoir et culture / développement économique.

Haut de page


Séolane / Hôtel d'Entreprise / Ecole d'Ebénisterie / Pompiers / Finances publiques / Cité scolaire

Le développement économique mixé à l’éducation, au savoir et à la culture a trouvé ses racines dans plusieurs projets.

Séolane

Le tout 1er est SEOLANE : un Site d'Etude, d'Observation, de Logement et d'Accueil autour de l'Environnement en Ubaye. Depuis de très nombreuses années, des géologues et universitaires de renom viennent avec leurs étudiants étudier les risques naturels et la biodiversité de la Vallée (glissements de terrain, secousses sismiques, évolution des glaciers, géologie unique…) : des contacts ont été établis avec l’idée de réunir en un même lieu tous les éléments nécessaires pour leurs études et leurs séjours. SEOLANE était née.
3 bâtiments pour un centre de recherche à échelle internationale : 1 pour l’hébergement, 1 pour la restauration et les salles conférence, 1 pour les laboratoires, salles de cours et de cartographie.  Et en septembre dernier, soit 2 ans après la désertification de l’armée, nous avons inauguré SEOLANE. Un colloque international a rassemblé des chercheurs du monde entier durant 5 jours ! tous ont été conquis….

Hôtel d'entreprise

En parallèle un HOTEL D’ENTREPRISES a été créé dans 2 bâtiments : 20 entreprises vont y emménager dont 1 à visée sociale : une laverie industrielle qui va employer une 15e de personnes handicapées.
-> Votre entreprise à Barcelonnette

Ecole d'ébenisterie

Une ECOLE D’ÉBÉNISTERIE s’est installée dès septembre 2009. C’est une école qui propose des formations de niveau Cap-BEP et BAC Pro en ébénisterie et menuiserie.

Pompiers et administrations des finances publiques

Nous avons également répondu à des besoins : les POMPIERS qui ont des locaux trop exigus en centre-ville et qui vont occuper en 2012 le poste de garde et les 2 immenses hangars le jouxtant ; le TRESOR PUBLIC et les IMPÔTS ont choisi également Craplet pour se regrouper dans les prochains mois.

Cité scolaire

Toujours dans la thématique « éducation, savoir et culture», la CITÉ SCOLAIRE actuelle, déjà exiguë et d’accès difficile, a pour objectif d’accueillir 33% d’effectifs en plus (600 à 800 élèves) dans les toutes prochaines années.
Son transfert dans les 4 barres est devenu une évidence et va permettre de doubler sa surface actuelle : 5500 m2 à 10000m2.
L’Etat, la Région et le Département ont décidé de soutenir le projet qui se réalisera pour l’internat dès 2012 et pour les salles d’enseignement dès 2014. Le coût total de toutes ces réalisations à Craplet est de 31 M€ cofinancés par l’Europe, l’Etat, la Région, le Département et la Commune.

Haut de page


Environnement et Energies

Le souhait de la commune est que les différents maîtres d’ouvrages (CCVU, conseil général, conseil régional, le SDIS…) et maîtres d’œuvre, architectes et urbanistes, intègrent les données énergétique et environnementale dans la mise en œuvre de leur projet (isolation, raccordement au RCB…).
SEOLANE et l’Hôtel d’entreprise, ont subi un lifting des plus environnementaux : isolation des bâtiments (par l’extérieur quand cela était possible comme pour l’Hôtel d’Entreprise), utilisation de matériaux naturels, solaire thermique sur les toits pour l’eau chaude sanitaire, parkings « verts » (en herbe avec nids d’abeille)…

Haut de page


Réseau Chaleur bois

Le fil conducteur de tous ces bâtiments de Craplet a été le réseau de chaleur hydraulique déjà existant d’une longueur de 2,4 km : le passage d’une énergie fossile, le GAZ à une énergie naturelle et locale, le BOIS avec un taux de couverture souhaité supérieur à 85% et le rejet de près de 740 tonnes/an de CO2 en moins dans l’atmosphère.
Il est prévu une chaudière d’une puissance de 1,2 mégawatts, un besoin de 1 200 tonnes de plaquettes par an, l’opportunité pour l’Ubaye de développer une filière bois.
Un seul chiffre : 250 000 €/an : le coût de l’énergie pour Craplet en 2008 (gaz et électricité confondus). L’objectif actuel est de le réduire au maximum.
Ce Réseau Chaleur Bois va aussi permettre l’ouverture du quartier militaire confiné dans ses murs et grillages depuis sa création en 1912 : il va en effet alimenter les bâtiments des HLM, du centre d’hébergement sportif Jean Chaix, des ST, de la gendarmerie ainsi que des villas proches et du futur lotissement dans un rayon de quelques centaines de mètres.

Haut de page


Débétonisation

Craplet c’était l’ARMÉE et c’est donc aussi un espace à dé-bétoniser, un espace où réapprivoiser des espaces verts et permettre aux eaux de pluie de pénétrer dans le sol, régénérer le site plutôt que de se perdre dans des canalisations obscures…

Haut de page


Concours d'urbanisme

Dernière évidence pour intégrer Craplet à Barcelonnette : le relier au centre-ville avec la réalisation d’une voie verte et offrir aux habitants ce nouvel espace public. Le concours d’urbanisme lancé en septembre dernier a posé cette question « comment rendre Barcelonnette plus agréable pour ceux qui l’habitent et plus attractive pour tous ceux qui voudraient s’y installer ? ». Craplet fait partie intégrante de cette réflexion tant économique, qu’éducative et environnementale.
Le défi de redynamiser Craplet en l’axant fortement sur le développement durable a été relevé : en un peu plus de 2 ans, tous les bâtiments ont une affectation et répondent à des critères environnementaux forts.

Haut de page


Le pin noir

En guise de conclusion, vous nous avez demandé d’apporter un objet significatif.
Alors voici, un pin noir qui vient de la forêt communal du Gaudissart. Pourquoi un pin noir ?
Contrairement aux arbres qui thésaurisent la plus-value sur eux-mêmes, le pin noir « travaille » pour la collectivité : il induit une dynamique forte de sauvegarde et d’enrichissement des sols, de reforestation, il lutte efficacement contre l’érosion des sols et enrichit le paysage.
Cela ressemble à notre histoire actuelle : Barcelonnette, en tant que capitale de l’Ubaye, souhaite participer à la revitalisation et à la protection de SA vallée.
Ce pin noir c’est SEOLANE, les risques naturels et la biodiversité, c’est le Réseau Chaleur Bois et la future filière bois, c’est l’école d’ébénisterie, c’est la forêt communale qui n’était qu’un désert à la fin du XIXe, c’est l’éducation à l’environnement, c’est le lien entre la jeunesse et ce futur campus au cœur de Craplet !

Haut de page